Love in silence.

Je crois que j’en suis tombée amoureuse quand j’ai vu la partie la plus silencieuse de son âme.

Derrière ces mouvements fluides et d’une cohérence incroyable, j’avais entrevu quelque chose de si profonde qu’elle ne pouvait s’exprimer en mots. Elle vivait en chaque partie de son corps et parvenait à les animer d’une énergie mystérieuse. J’étais restée là, assise devant la place, le regard fixe vers cet homme qui dansait silencieusement. Parvenant à peine bouger consciemment, même mes idées semblaient incontrôlables et désespérément  volatiles.

Durant un long moment, je crois même avoir cessé de penser. Hypnotisée par ce corps, quelque chose remuait en moi sans que je ne puisse comprendre ce que c’était.

J’ai cherché comme une folle la source de cette force, et finalement, je me suis dit que si l’esprit ne se montrait pas, c’était parce que je le cherchais précisément. C’est quand je me suis laissée emporter par son voyage intérieur que j’ai perçu l’Energie. Puissante, d’un vert d’eau embrasé par un rouge flamboyant, Elle se mouvait avec la même grâce que lui. Tantôt chaude et bouillonnante, elle se reposait parfois, pour éclater à nouveau en vague océanique. Personne n’entendait sa musique, qu’il écoutait et suivait passionnément avec un casque.

Honnêtement, je ne pensais même pas au son qui pouvait accompagner cette danse. 

Ce que je voyais et ressentais suffisait amplement.

 

Il y avait ce gars, sur la place de l’Hôtel de Ville, qui se mouvait dans une sorte de danse contemporaine improvisée, un casque d’écoute léger sur les oreilles. Parfois, il s’arrêtait de danser pour faire des mouvements de Tai Qi, que je reconnaissais par moment (les figures étaient présentes dans la Forme Yang en 24 mouvements, mais ce n’était pas exactement celle-ci), d’autres fois, c’était pour aller boire un peu d’eau à la fontaine, ou pour parler avec des passants. Il indique quelque chose à une jeune fille, j’entends la voix féminine de loin, mais je ne connaîtrai jamais son propre son. Il sourit à une petite fille qui le regarde. Il continue de danser malgré les bruits de l’extérieur et les passants qui ne le voient pas ou s’arrêtent quelques secondes. Cet état ne m’est pas inconnu. Tout en conscience, il fait partie du monde. Jamais perturbé dans ses mouvements, il interagit quand il le veut avec l’extérieur, et n’est jamais dé(con)centré. Je l’aime bien. J’en ai un coup de foudre. Il est paisible, son sourire est sincère, et lorsqu’il fait ses mouvements dans ma direction, je sens comme des vagues d’énergie voler vers moi. Sa danse est touchante, je ferme les yeux. Il est pieds nus, et n’a pas honte de sa présence insolite ici. J’aime ses pieds. Ils frottent, frôlent, tapent le sol, et j’écoute leur valse avec délice. Moi qui ai toujours du mal à apprécier cette partie des corps, je n’arrive à m’en détacher qu’en regardant ses jambes, son torse, ses bras, ses mains, et puis, tout. Pour la première fois, j’aime un corps physique en entier, et alors, son aura m’apparaît. Ce bleu mer et ce rouge feu se mêlent et se démêlent avec tendresse et passion au rythme de sa danse. Grande, majestueuse et imposante, elle ne m’impressionne que par sa beauté, et c’est comme si je la reconnaissais. Elle ne m’intrigue pas, mais me fascine. Soudain, le déblocage. Le premier mot frappe à ma porte, je m’empresse de poser mon stylo sur le papier, et le laisse glisser dessus. Oui, j’en suis tombée amoureuse dans le plus beau silence de la Terre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s